Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Premier apéro lesbien

Publié le par Nouvel Esprit

Les apéros gays organisés par AIDeS (et désormais pas Nouvel Esprit), sont exclusivement réservés aux hommes...
L'association a alors décidé de créer des Apéros Lesbiens. Uniquement réservés aux femmes donc.

Sous le même format que les apéros gays, ils se dérouleront les 2ème jeudi de chaque mois de 19h à 21h dans le local de AIDeS...

Premier Rendez Vous : Jeudi 8 octobre 2009 à 19h.

Venez nombreuses !!!


Publié dans Archives

Partager cet article

Repost 0

Kiss-In Nationnal

Publié le par Nouvel Esprit

Kiss-in national contre l'homophobie ce 26 septembre 2009 !



À Paris, le kiss-in aura donc lieu dans les Halles, Place Carrée... Pour retrouver toutes les informations pratiques, une page facebook a été créée pour chaque ville où se déroulera l'événement : Amiens / Clermont-Ferrand / Dijon / Lille / Lyon / Marseille / Montpellier / Nice / Paris / Strasbourg / Toulouse.

Faites passer l'info !! ;-)


Publié dans Archives

Partager cet article

Repost 0

Permanence

Publié le par Nouvel Esprit

Première permanence pour cette année : lundi 6 septembre de 18h à 20h au local de AIDES, 3 Rue Ronchaux, Besancon.

Préparation du Forum des Associations se déroulant les 19 et 20 septembre.

Publié dans Archives

Partager cet article

Repost 0

Pourquoi Mylène Farmer est-elle une icône gay?

Publié le par Nouvel Esprit

REVUE DE PRESSE. La star rousse sera ce soir et demain à Genève pour deux concerts événements. A cette occasion, «Le Matin» a consacré un vaste dossier à la «chanteuse préférée des gays». Les témoignages de fans sont saisissants...

 

 

C'est l'événement en Suisse. Mylène Farmer se produit aujourd'hui, vendredi 4 septembre, et demain soir au Stade de Genève. Depuis le début de la semaine, les médias suisses ne parlent quasiment plus que de ça. Il faut dire aussi que la star n'a pas chanté dans ce pays depuis près de dix ans! Mais surtout, les fans hélvètes de Mylène seront les premiers en Europe à découvrir le nouveau show de l'artiste (le concert devrait être plus spectaculaire que celui de la dernière tournée, avec un tour de chant remanié), les 11 et 12 septembre prochains, au Stade de France!

La presse suisse a multiplié les articles ces derniers jours, en particulier le quotidien Le Matin qui a posé La question dans son édition du 30 août: «Pourquoi Mylène Farmer est l'icône des gays?» Pour tenter d’y répondre le journal genevois s’est naturellement tourné vers les intéressés. Certains témoignages sont assez étonnants…

«Dalida était notre maman, Mylène, c'est notre sœur»
Il y a tout d’abord Jean et Christophe, deux coiffeurs de Genève. «Ce que j’aime surtout chez elle, c'est son côté paillettes, déclare ainsi le premier. Les gays sont très friands de mise en scène.» Le second abonde: «Mylène se déguise, se travestit, se transforme, on sent qu'avec elle tout est permis. Dalida était notre maman, Mylène, c'est notre sœur!» Le Matin a également demandé l'avis d'un humoriste bien connu en France: Joseph Gorgoni, alias Marie-Thérèse Porchet. Pour lui, si Mylène est icône gay, c’est parce que c'est «une femme forte et fragile, violente et enfantine en même temps.»

Pour finir, le journal passe en revue les thématiques abordées par la chanteuse rousse dans ses tubes. «Dans l’univers de Mylène Farmer, le mal de vivre, les tendances suicidaires, particulièrement présents dans les milieux gays, reviennent en permanence, stylisés jusqu'à l'extrême.» Mais surtout, pour le journal, ce qui explique son statut d’icône gay, c’est que la star «a toujours su entretenir, autour de ses préférences sexuelles, une savante ambiguïté.» Une référence à l'évocation des plaisirs sodomites dans «Pourvu qu'elles soient douces»… Mais est-ce bien assez pour expliquer la vénération de certains gays pour leur idole rousse?

En bonus, les images officielles du «Point de suture tour» de Mylène Farmer:

Publié dans Archives

Partager cet article

Repost 0

Cinéma

Publié le par Nouvel Esprit

2 films "gays" sont ce mois çi à l'affiche et un fim "lesbien".
Je reviens sur ces sorties non majeures mais à souligner...

Commençons par le plus mauvais (Oui, il faut bien) :
HUMPDAY



Synopsis : Parfois, les grandes amitiés peuvent mener un peu trop loin...
Un soir, Andrew débarque sans prévenir chez Ben, son vieux copain de fac. Les deux hommes ne tardent pas à renouer avec leur bonne vieille complicité de machos hétéros. Afin de distraire Ben de sa petite vie bien rangée, Andrew l'entraîne dans une fête aux moeurs libérées. Sur place, tout le monde ne parle que de participer au festival local de porno amateur et de tourner des films érotiques d'art et d'essai. Andrew semble plus que partant. Ben semble un peu moins concerné.... Quelques litres d'alcool plus tard, une idée prend vite l'allure d'un pari : Andrew et Ben coucheront ensemble sous l'oeil bienveillant d'une caméra. Ce n'est pas gay, ça va bien au-delà. Ce n'est pas du porno, c'est de l'Art. Le lendemain, impossible pour eux de se dégonfler. Rien ne pourrait les arrêter... sauf peut-être la femme de Ben, l'hétérosexualité ou certaines questions d'ordre mécanique...

L'interêt de certains films se limite à leur pitch, c'est le cas de ce film. Le résumé est savoureux mais ne masque pas la médiocrité générale. Le scénario tourne à vide, la mise en scène se contente de dialogues pauvres et interminables. Ces dialogues n'en finissent pas de confronté clichés et préjugés vis-à-vis de l'homosexualité. Dommage.

Sortie le 16 septembre.




Le second est un petit ovni israëlien : TU N'AIMERAS POINT



Synopsis : Aaron est un membre respecté de la communauté juive ultra-orthodoxe de Jérusalem. Marié à Rivka, il est le père dévoué de quatre enfants.
Cette vie en apparence solide et structurée va être bouleversée le jour où Aaron rencontre Ezri.
Emporté et ému par ce bel étudiant de 22 ans, il se détache tout doucement de sa famille et de la vie de la communauté. Bientôt la culpabilité et les pressions exercées par son entourage le rattrapent, le forçant à faire un choix...

Un jour de pluie, Aaron rencontre Ezri. Il l'accueille, lui offre un travail et un endroit ou dormir puis l'invite à la table familiale et à la synagogue. Peu à peu, leur attirance mutuelle consommée sème le trouble dans la communauté. Des tracts dénonciateurs envahissent les murs, le cadre se resser tandis que s'abat le spectre de la loi. La mise en scène est soignée et le film est sensible et sonne juste. 
La liberté dérange. L'amour aussi.
Un film original, et à choisir entre les 2, préferez-y celui là...

Sortie le 2 septembre.



Soulignons également la sortie le 23 septembre du film "Lesbian Vampire Killers"



Synoptis :
Deux loosers.
Un village maudit.
Un minibus rempli d'étudiantes.
Et, une armée de vampires lesbiennes... très vicieuses !
Jimmy et Fletch décident de fuir leurs problèmes en passant un week-end de débauche dans la campagne anglaise. Mais, les choses ne vont pas se passer comme prévu et ils se retrouvent coincés dans un village où une mystérieuse malédiction transforme les jeunes filles de 18 ans en vampires. Au cours de la nuit, ils devront mettre de côté leurs peurs (et leurs fantasmes !) pour devenir des tueurs de vampires lesbiennes...


Mais le sujet n'est qu'indirectement l'homosexualité. Mais cette série B est truffée d'humour (un peu un "Brüno" au féminin, mais qui malheureusement ne bénéficira pas de nombreuses copies en France. Dommage...

Sortie : le 23 septembre.




Notons la sortie repoussé de "I love You Phillip Morris" avec Jim Carrey et Ewan McGrégor qui était d'abord prévu en début d'année, puis en septembre 2009 est repoussé à février...2010 ! Ce film traitant ouvertement de l'homosexualité et tiré d'une histoire vraie a eu beucoup de mal à trouver un producteur. Il a été tourné en 2008.


Kevin.

Publié dans Archives

Partager cet article

Repost 0

"La bonne nouvelle" d'anticorps prometteurs

Publié le par Nouvel Esprit

> Pr Jean-François Delfraissy, directeur de l'Agence Nationale de Recherche sur le Sida (ANRS) sur LCI Radio : "La bonne nouvelle" d'anticorps prometteurs

Une équipe de chercheurs américains a découvert deux nouveaux anticorps puissants qui pourraient permettre de créer un vaccin contre le virus du sida, selon des travaux publiés jeudi. Ils vont maintenant essayer d'exploiter ces vulnérabilités du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) pour élaborer de nouvelles approches afin de concevoir un vaccin. Ils espèrent empêcher ainsi l'infection responsable de plus de 25 millions de morts depuis 1981, surtout dans les pays en développement, particulièrement en Afrique subsaharienne.
 
Ces super anticorps appelés "bNAbs" ont des capacités étendues de neutralisation du VIH, un virus difficile à combattre en raison de ses multiples et rapides mutations. Le processus par lequel ces anticorps ont été découverts va probablement révéler encore plus de vulnérabilités du virus, estiment ces chercheurs dont les travaux paraissent dans la revue américaine Science datée du 4 septembre. Ils ont en effet travaillé sur un large échantillon de sang infecté provenant de 1.800 volontaires dans une dizaine de pays dont sept en Afrique subsaharienne, la Thaïlande, l'Australie, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis.
 
"Cette découverte représente en elle-même une percée prometteuse vers l'objectif de développer un vaccin efficace contre le sida car nous avons potentiellement une meilleure cible sur laquelle mobiliser nos efforts", explique Wayne Koff, directeur de la recherche et du développement du IAVI, l'Initiative mondiale pour un vaccin anti-sida, une organisation à but non lucratif présente dans 24 pays dont la fondation Bill et Melinda Gates est l'un des principaux contributeurs.


http://tf1.lci.fr/infos/sciences/sante/0,,4709795,00-des-super-anticorps-prometteurs-.html

 

Publié dans Archives

Partager cet article

Repost 0

Campagne, promotion de la Kpot !

Publié le par Nouvel Esprit

L'occasion de rappeler en ce retour de vacances, que la Kpot est non seulement le meilleur moyen de se protéger du VIH/SIDA, mais aussi des IST, mais la Kpot ne suffit pas. Certaines IST se transmettent par la salive et plus facilement que le VIH. De plus les symptômes ne sont pas forcement visibles, détectables ou douloureux. Pensez à un petit dépistage de rentrée, notamment quand on sait que certaines IST se soignent par simple prise d'antibiotiques.

Petit rappel :

Le CDAG de Besancon, nous accueille gratuitement, dans le respect de l'anonymat et de la confidentialité. Entretien avec un médecin "Gayfriendly" à notre entière écoute, et sans jugement des divers pratiques et moeurs homos.


 
Besancon

C.D.A.G
15 - avenue Denfer rechereau


Lundi 16 Mars: 17h - 18h45                                          Jeudi 19 Mars : FERME
Mardi 17 Mars: 13h - 15h / 16h30 - 18h                         Vendredi 20 Mars: 15h30 - 17h
Mercredi 18 Mars : 15h30 - 18h                                    Samedi 21 Mars : FERME


Besancon - 25000
03 81 65 44 50







Nous appelons à votre solidarité.

Cliquez sur le lien pour signer en ligne la pétition.
http://www.mesopinions.com/Nouvel-Esprit--appel-solidairement-a-se-mobiliser-contre-l-Homophobie-et-demande-a-notre-gouvernement-d-y-mettre-les-moy-petition-petitions-32d29f062bcae9e174a7dd557f79eb89.html

Face à la recrudescence des agressions à caractère homophobe
l’association Nouvel-Esprit appelle à la mobilisation

Publié dans Archives

Partager cet article

Repost 0

Des News d'après Tétu !

Publié le par Nouvel Esprit

Une vidéo très gay autorisée par Disney

Un groupe de gays en vacances à Fire Island s'est amusé à tourner un clip sur un morceau de Miley Cyrus, la star des ados aux États-Unis. Bien loin de faire interdire la vidéo, Disney s'en sert comme promotion. Même le «New York Times» en parle…

 


C'est la vidéo d'un délire qui prend de l'ampleur… et qui pourrait faire de Miley Cyrus, l'égérie des (pré)adolescentes, une icône gay. Son tube de l'été, Party in the USA, a été «lip-synché» par un groupe de gays, en guise de souvenir de leurs vacances à Fire Island (sud de New York). Perez Hilton l'a posté sur son blog, le magazine gay The Advocate en a aussi parlé, et finalement Miss Cyrus elle-même a écrit sur son Twitter qu'elle était «obsédée» par cette chanson!

En principe, cette vidéo, vue des centaines de milliers de fois, aurait pu être retirée par Disney, qui a fabriqué l'icône Cyrus, pour atteinte au copyright de la chanson. Mais pas du tout. La vidéo a reçu la bénédiction du président ouvertement gay du groupe, Rich Ross. La chose est tellement spectaculaire que même le New York Times y a consacré un article… Il est vrai que ça offre une jolie promotion au nouvel album de Miley Cyrus, qui est vendu exclusivement dans les hypermarchés Walmart aux États-Unis.

Pacs et capital décès: le décret d'application est signé

Publié dans Archives

Partager cet article

Repost 0

Religion: être lesbienne et avoir la foi, est-ce contradictoire?

Publié le par Nouvel Esprit

DOSSIER. Se découvrir lesbienne lorsqu'on a été élevée dans la religion n'est pas une mince affaire. Ecartelée entre croyance et identité sexuelle, il est souvent difficile de trouver un équilibre. Mais pourquoi foi et homosexualité seraient-elles incompatibles? Témoignages.

 

Religion et homosexualité«Je suis une musulmane lesbienne et fière de l'être!», proclame Khadija, 20 ans, reconnaissant toutefois que «ce n'est pas facile tous les jours, car beaucoup d'homos musulmans renient leur homosexualité parce qu'il est écrit dans le Coran que c'est un pêché et qu'ils iront en enfer!»

Après la découverte de son homosexualité à 17 ans, Khadija s'est longuement demandée comment continuer à pratiquer une religion qui lui réservait un tel sort. Puis, un jour, elle rencontre une fille qui lui raconte son coming-out dans une famille musulmane très pratiquante. Sa mère ne lui avait demandé qu'une chose: qu'elle ne se détourne pas de la religion.

«La religion doit promouvoir l'amour de l'autre et non l'hostilité»
«Cette rencontre m'a redonné espoir, confie Khadija. Même si je savais que je ne pourrais pas avouer mes penchants à mes parents tant que je vivrais sous leur toit. Les musulmans sont souvent hostiles envers l'homosexualité, car ils ont peur de ce qu'ils ne connaissent pas. Moi, je crois que Dieu aime tous ses enfants. La religion doit promouvoir l'amour de l'autre et non l'hostilité.»

Et c'est là que la spiritualité prend tout son sens, dans l'interprétation personnelle des textes sacrés. Ninu est bouddhiste et explique que selon les enseignements du Bouddha, il n'y a aucun mal à aimer une personne du même sexe. «Le troisième précepte, qui dit qu'il ne faut pas avoir d'inconduite sexuelle, concerne l'adultère, le viol, l'inceste. Qu'on soit hétéro, homo ou trans, ce qui compte, c'est de ne pas nuire à son entourage et de cultiver le bonheur».

Un hiatus entre les messages de l'Eglise et ses valeurs personnelles
Pour Cécile, qui se reconnait dans les valeurs d'amour, de paix et d'universalité de l'Eglise catholique, la religion n'a jamais posé problème pour s'assumer en tant que lesbienne. «Mes parents ont bien fait peser le spectre de Sodome et Gomorrhe, mais rien n'y a fait! Ma façon à moi de pratiquer, c'est d'être à l'écoute des autres, aimer mon prochain comme moi-même. Ma conception de la religion est basée sur l'amour, la tolérance et le respect de l'autre. Les discours de l'Eglise catholique me révulsent, mais je m'en détache. Le Pape ne représente pas l'avis de tous les chrétiens.»

Mais parfois les messages véhiculés par les hauts représentants de l'Eglise présentent trop d'incompatibilités avec les valeurs personnelles: «Je suis baptisée, j'ai fait ma communion et ma profession de foi, plus par obligation du fait que j'étais dans une école catholique, que par tradition familiale ou conviction religieuse», raconte Céline, 31 ans qui, excédée par la position du pape sur le préservatif, l'avortement et l'homosexualité, est sur le point d'écrire à l'archevêché pour faire apostasie, autrement dit demander à être radiée du registre des baptêmes. Solution extrême qui permet toutefois de se libérer de l'appartenance à un dogme lorsqu'il ne correspond plus à ses croyances.

Au programme des associations : entraide, écoute et rencontres
Pour celles qui se sentent un peu seules, il existe des associations, comme David & Jonathan qui offre accueil et écoute des chrétiens homosexuels pour une plus grande acceptation de soi et des autres. Un moyen de s'épanouir en échangeant sur sa foi, son identité et sa place au sein de la communauté religieuse. Ann-Gaëlle, 35 ans, est elle membre actif du Beit Haverim, le groupe juif gay et lesbien de France.

«J'y suis arrivée à 19 ans, après avoir levé le doute sur mon homosexualité. J'ai passé toute ma scolarité dans une école juive, où le mot d'ordre était: "y a pas de ça chez nous". A la fac, j'ai enfin rencontré des filles lesbiennes à qui parler. Alors je suis allée voir Pauline Bebe, première femme rabbin de France et d'obédience libérale ; c'est elle qui m'a parlé du Beit. Concilier ma vie et ma foi n'a jamais été un problème spirituel pour moi; ce qui est compliqué, c'est que le noyau de la religion juive, c'est la famille. Mes parents ont très mal réagi, le Beit est alors devenu ma famille d'adoption. A la longue, ma famille s'y est faite et a même fini par accepter ma dernière petite amie», se félicite la jeune femme.

Ann-Gaëlle dit pratiquer «le judaïsme "à la carte": «je mange kasher, je fais les grandes fêtes en famille, en revanche, je ne fais pas shabbat. Je suis restée au Beit même si ce n'est plus vraiment un besoin pour moi. J'estime avoir une sorte de dette vis à vis des gens qui m'ont aidée à l'époque et je me dois de faire la même chose à mon tour...» Au programme des associations: entraide, écoute et rencontres. Un moyen de se faire des amis, voire de trouver l'âme sœur. S'épanouir en conciliant foi et homosexualité peut ne pas paraître facile a priori; c'est néanmoins tout à fait possible, en puisant dans cette double identité une force nouvelle. La force de s'accepter soi-même, d'accepter les autres tels qu'ils sont, et de véhiculer un message qui dépasse les croyances: celui de l'amour.

Publié dans Archives

Partager cet article

Repost 0

Dans TÊTU de septembre: Michael Lucas, le porno tsar

Publié le par Nouvel Esprit

Le patron du studio de X gay qui porte son nom était en tournage à Paris et TÊTU l'a rencontré.

  

Ce mois-ci dans TÊTU, en vente depuis mercredi, nous avons interviewé Michael Lucas qui était à Paris pour le tournage de son petit dernier, Paris Playboys. Il nous raconte: «J'avais planifié un voyage à Paris et on s'est dit: "Pourquoi ne pas en profiter pour y faire un film?" On n'a pas eu le temps de préparer un scénario. On improvise un peu au fur et à mesure. On se fait deux scènes par jour, des mecs qui se draguent dans les rues de Paris.»

A-t-il trouvé beaucoup de Français intéressés pour tourner aux côtés de ses stars, Rafael Alencar et Jonathan Agassi? «Des tas. Et juste par le bouche à oreille. La prochaine fois, je vais communiquer et on fera un casting "100% French". Les Français sont souvent très bien montés!»

Apparemment, la France a tellement plu à Lucas qu'il compte y revenir faire un film, «tous les trois mois».

Lire l'interview complète dans TÊTU n°147, septembre 2009, en vente à partir de mercredi 26 août.

Photo: Alfredo Piola pour TÊTU.

Publié dans Archives

Partager cet article

Repost 0

1 2 > >>